Multiâge

Les bienfaits du multiâge

 

Le milieu familial est de loin et depuis toujours, le mode de garde le plus répandu dans la société québécoise.

Le regroupement multiâge est un groupe garant du réel, de la logique de génération. C’est un aspect dynamique qui force chaque enfant à se situer et à accéder à une autonomie, une connaissance de soi. On peut vivre ensemble, malgré les différences d’âges et de savoir. Chacun se situe par rapport à l’autre et grâce à l’autre. Chacun apprend les lois du groupe à son rythme; chacun accède au savoir avec la vigueur que lui procure le désir de devenir grand. Le groupe de vie se rapproche du milieu familial par sa chaleur affective qu’il engendre et les lois grand-petit qu’il instaure.

Les groupes multiâges constituent un environnement éducatif qui favorise davantage le partage, l’entraide, la collaboration, le respect des différences et le développement de comportement plus tolérants. Ainsi, les enfants sont sensibilisés assez jeunes à leurs responsabilités sociales. Comme l’enfant est un être global, ces effets sur son développement social influencent aussi les apprentissages reliés aux autres aspects de sa personnalité.

Grandir c’est accéder au savoir.

Les RSG sont les intervenantes en petite enfance les plus proches des parents. Les RSG considèrent leur rôle comme étant de soutenir les parents. Dans les moments difficiles de la famille, ce soutien est crucial pour l’enfant.

Le milieu familial est le mode de garde où les ratios sont les moins élevés. Le petit nombre d’enfants dans le service de garde en milieu familial a l’avantage de rendre le contrôle du bruit plus aisé et c’est un aspect qui a son importance.

Un milieu très animé

Lors de ses périodes d’éveil, le poupon qui ne peut se déplacer manipule les objets qu’on lui offre ou regarde ce qui se passe autour de lui. Il en a plein la vue et n’a pas de temps pour s’ennuyer. De plus, plusieurs enfants peuvent lui accorder une attention particulière. Toutes ces stimulations de même que la satisfaction de voir ses besoins comblés lui inspirent des sentiments positifs à l’égard de son environnement, ce qui ne manque pas de favoriser un accroissement de l’estime qu’il a de lui-même.

En regardant un autre agir, les enfants enregistrent des informations qu’ils utiliseront au moment opportun. De même, il est plus facile pour un jeune enfant d’imiter le comportement d’un aîné de quelques années que celui d’un adulte, car le défi à relever est généralement moins grand.

Les plus âgés sont souvent très fiers d’enseigner à leurs cadets. (exemple : boucles, règles de jeux, consignes…) Ils font souvent preuve d’une grande patience et les stratégies qu’ils utilisent sont assez efficaces. Pour pouvoir enseigner à quelqu’un d’autre, il faut bien comprendre soi-même. Quand un enfant plus âgé explique le fonctionnement d’un jeu à un plus jeune, il doit organiser l’information qu’il fournit pour que l’autre la comprenne bien. Cet effort de synthèse et de structuration consolide ses propres avoirs. D’ailleurs, l’éducatrice peut favoriser la compréhension des règles et consignes en demandant aux enfants plus âgés de les expliquer aux plus petits.

Même un enfant qui a de la difficulté à se faire valoir dans un groupe homogène a souvent l’occasion de se sentir compétent dans un groupe multiâge. L’admiration que les plus jeunes leur témoignent est un excellente source de valorisation et ne peut que contribuer à l’amélioration de l’image qu’ils ont d’eux-mêmes.

Le regroupement multiâge est également une initiation au futur rôle de parents : l’éducation parentale s’amorce quand un enfant prend soin ou aide un plus jeune.

Le milieu familial reconnu offre une grande stabilité car c’est habituellement toujours la même personne qui accueille l’enfant le matin et qui le remet aux parents le soir. Cette stabilité joue un rôle bénéfique sur la qualité des soins donnés aux enfants car ils peuvent établir une relation sécurisante avec la RSG.

Dans le milieu familial, les enfants demeurent dans le même service de garde pendant plusieurs années et cette constance dans la fréquentation, s’il est de grande qualité, amène une stabilité propice à limiter les problèmes et faciliter une meilleure coopération. Cela permet aux enfants de mieux accepter le fait d’être séparés de leurs parents, tout en ayant une image plus positive d’eux-mêmes.

Références :
Info parents, CPE La Trottinette Carottée
CLERC, Le multiâge, Nathan, 1993
Le milieu familial reconnu par les CPE : une option à privilégier dans le développement (Mémoire présenté au gouvernement du QC) 25 août 2003
Le multiâge : un apprentissage stimulant pour les jeunes enfants : Petit Monde, par Jean-Marc Lopez
Guide de l’estime de soi vers l’autonomie, PROVENCHER Sylvie, 2002
L’Activité Projet, le développement global en action, PELLETIER Danièle, 1998